page précédente - backretour   page d'accueil - homehome   page suivante - nextsuivante   page d'introduction générale ou index de la rubriqueintro   Moyens de communiquer avec New Belgariacontacts
 FAQ - questions fréquemment posées - frequently asked questionsF.A.Q.   informations généralesinformations service guide en Bulgarieservice guide   lienslinks     

PRÉJUGÉS ET ANTIRACISME

Nous autres, Occidentaux, sommes généralement des fervents des destinations classiques, l'Espagne, l'Italie, la France, la Suisse, l'Autriche, le Portugal...

Il est facile de constater que ce qui intéresse surtout le Belge moyen, c'est de trouver du soleil, à moins qu'il ne s'agisse de vacances d'hiver et que l'on pratique le ski ou autre sport de glisse.

Vous remarquerez que, pourtant limitrophes, je n'ai pas parlé de la Hollande ni de l'Allemagne. Ce n'est pas seulement parce que ces pays ressemblent grosso modo au nôtre en ce qui concerne les conditions climatiques, mais pour deux autres raisons qui n'ont strictement rien à voir.

Pour ce qui est de la Hollande, la lutte ancestrale entre Flamands et Wallons (comme quoi, il ne faut pas aller loin pour trouver des divergences d'opinions, des conflits internes, etc.) est peut-être une de ces raisons. Les francophones qui se sentent déjà assez "pollués" par leurs vis-à-vis (oubliant par le fait même que nous sommes Belges avant tout, qu'il suffit d'une rencontre footballistique à l'échelon européen pour qu'un Standardman "de naissance" encourage les mauves et blancs, ou vice versa, oubliant aussi que la Suisse qui comporte pourtant quatre communautés linguistiques ne rencontre aucun problème à ce niveau) préfèrent éviter un pays où ils vont "encore" entendre parler flamand. De même, les néerlandophones se croient-ils déjà tellement encrassés par les Wallons qu'ils préfèrent peut-être éviter la France, question linguistique oblige!

Personnellement, je trouve cela absolument navrant car il est incontestable qu'il y a de très belles choses à voir en Hollande (et dans les Flandres) et pas seulement des champs de tulipes! Ceci dit à l'instar de la France dont la qualité touristique n'est plus à démontrer.

En ce qui concerne l'Allemagne, sauf peut-être pour les plus jeunes générations, il subsiste toujours ce souvenir cruel des deux dernières guerres mondiales et, disons-le, une certaine haine vis-à-vis du peuple allemand.

Encore une fois, le touriste potentiel qui réagit de cette manière passe à côté de trésors historiques, culturels, architecturaux et j'en passe.
Bref, une multitude de raisons peuvent nous pousser à adopter des pays de prédilection et à ranger les autres dans le placard des indésirables.

Tout comme pour le racisme d'une manière générale, ce genre de comportement ne résiste pas à l'analyse, à la logique et au bon sens. Par exemple, lors d'une discussion de salon, il faudrait vraiment être obtus pour prétendre que tous les Allemands ne rêvent que de plaies et de bosses, qu'ils font la guerre comme les Belges font du cyclisme, que tout ceux qui étaient présents sur les champs de bataille étaient bien contents d'y être, parce que ce sont des gens fondamentalement agressifs, cruels, etc.

Tout le monde sera (devrait) être d'accord pour dire qu'il y avait très certainement parmi eux de braves pères de famille, des "crèmes de mecs" qui n'étaient là que parce qu'ils n'avaient pas le choix (ou bien qu'ils avaient été fanatisés par d'habiles manipulateurs et par la situation économique de leur pays à l'époque).

Il y en avait, comme dans les deux camps d'ailleurs, qui crevaient de trouille, n'aspiraient qu'à voir la fin de cette "satanée guerre", peu importe qui l'emporterait - "du moment qu'on ait la paix"- que ce massacre finisse enfin!

Avec des réactions pareilles, plus personne n'irait nulle part parce qu'il y aurait toujours bien l'un ou l'autre ressentiment, une quelconque objection.

Mais que dire lorsqu'un pays, la Bulgarie en l'occurrence, cumule les soi-disant mauvais points, les préjugés défavorables, les ouï-dire?

Ils sont en effet légions: lors des deux dernières guerres mondiales, la Bulgarie s'est rangée aux côtés des forces de l'axe; elle a été longtemps sous domination soviétique et de régime communiste, c'est un pays lointain et donc mal connu, comme on l'assimile volontiers à la "Russie", on se l'imagine très froid. Quand on entend parler de la Bulgarie dans les médias, c'est toujours en mal, les Bulgares ont une réputation d'arnaqueurs, de voleurs, de truands, la religion n'y est pas la même, la langue nous est incompréhensible et de plus leurs caractères sont en cyrillique, manque de confiance, peu d'intérêt, que sais-je encore?

Comme dans la plupart des cas, dans cet amalgame de préjugés, il y a une part de vérité. Mais qu'ont donc les gens à toujours ne retenir que ce qui est mauvais? Pourquoi oublie t'on systématiquement ce qui est bon?

Ainsi, s'il est vrai que la Bulgarie s'est alliée avec l'Allemagne au début (c'est également vrai pour l'Italie, ce qui n'empêche personne de rêver de séjours à Capri, du Colisée de Rome, de la tour de Pise, etc.) on oublie que la Bulgarie a été l'un des seuls pays, avec le Danemark je crois, à s'opposer ouvertement et fermement à l'exportation de ses ressortissants juifs, destinés à l'extermination dans les camps de concentration!

N'allons pas voir si loin, nous, les petits Belges, n'avons nous pas connu lors de l'occupation, des "collabos", des dames qui sauvaient leur peau en offrant leurs services intimes à l'ennemi, des rexistes?

Tout cela est du passé. L'humanité est ainsi faite que, confrontés à des situations extrêmes, nos réactions ne sont pas toujours très louables ou empreintes d'un héroïsme bien glorieux. Qui, pourtant très honorable, placé dans une situation de famine subite, de pénurie générale, de misère intense, voyant ses enfants privés du strict indispensable, n'en viendrait pas, toute honte bue, à commettre des actes répréhensibles, par nécessité?

N'allez pas croire que je ne sois pas patriote et que je veuille systématiquement trouver chez nous les mêmes défauts qu'ailleurs, mais je prétends qu'il est abusif de généraliser, d'étendre des travers à tout un peuple, de voir la paille dans l'oeil du voisin. Nous avons nous même trop tendance à décrier notre propre pays, pour son climat épouvantable (même pour cela, il y a des divergences!) En effet, cet été, j'ai entendu mon voisin me dire: "Quel temps! Qu'il a fait mauvais aujourd'hui!". Je l'ai regardé ébahi car il y avait eu un soleil resplendissant pendant toute la journée. "Vous trouvez?" lui ai-je répondu. La réponse m'a laissé pantois: "Ben oui, il a fait trop chaud!

Hé bien, il se fait que la Bulgarie jouit d'un climat exceptionnel, qui n'a rien à voir avec celui qu'on lui confère hâtivement. Les hivers y sont froids, d'accord. Aurions-nous oublié que c'est précisément là la vocation de l'hiver? Vocation qui, entre autres, a pour effet bénéfique de débarrasser gens et jardins de la vermine?

Mais les hivers bulgares ont ceci de bien, c'est qu'ils sont froids mais secs. C'est nettement plus sain et le bol d'air pur dont on peut profiter sur place vaut son pesant d'or d'autant qu'il vous prémunit naturellement des avatars connus en Belgique avec sa kyrielle de rhumes, grippes, bronchites, etc. Ce qui ne veut pas dire que les Bulgares ne soient jamais enrhumés, évidemment!

Pour ce qui est des étés, on peut faire à peu près le même parallèle dans l'autre sens. Si on vous précise que la Bulgarie est limitrophe de la Grèce, on rectifiera déjà le tir en se disant que, oui, de ce côté il devrait faire bon et même très chaud. Et c'est exact. Il y a tout à fait moyen d'attraper un coup de soleil en Bulgarie. Ajoutons cependant que les étés bulgares sont légèrement plus chauds qu'en Belgique (je prends pour référence un été belge bien ensoleillé) mais pas étouffants. Il y a de l'air, un tantinet de vent qui atténue agréablement les ardeurs de l'astre du jour. N'est-ce pas tout ce qu'on demande?

Les Bulgares sont voleurs, arnaqueurs, truands, mafieux...? Franchement, s'il devait s'agir là de la raison que vous évoquez pour éviter la Bulgarie comme lieu de séjour pour vos vacances, dans ce cas, encore une fois, vous n'iriez plus nulle part!

Oublierait-on que la mafia est, malheureusement, omniprésente, même en Belgique? On n'irait plus en Sicile puisque c'est le berceau de la cosa nostra, ni, encore une fois, en Italie. Il y a la mafia russe, la mafia albanaise, la mafia aux Etats-Unis et je pourrais continuer longtemps la liste. Ce n'est qu'une triste vérité mais cela n'en donne pas le monopole à la Bulgarie!

La Bulgarie est un pays encore bien pauvre, c'est entendu. De ce fait, et pour des raisons que j'ai évoquées plus haut, il n'est pas étonnant que certains indigènes voyant arriver des touristes "pleins aux as" essayent parfois de s'approprier illicitement la propriété des autres. Remarquez que j'ai utilisé le terme d'indigènes et non de Bulgares. Il y a une raison à cela. Les statistiques relatives à la sécurité et à la criminalité en Bulgarie démontrent que la plupart des vols commis sur leur territoire ont été commis par des non-Bulgares.

N'allez pas croire non plus que je veuille à tout prix mettre la Bulgarie sur un piédestal et prétendre qu'AUCUN Bulgare n'ait jamais volé! Ce serait ridicule, bien sûr. Il y a des brebis galeuses partout. Mais qui n'a jamais entendu parler de vols en France, en Italie, en Espagne...? Sur les murs de la gare centrale de Bruxelles, n'est-il pas affiché: "attention aux pickpockets!" Même dans nos campagnes, on note des agressions de toutes sortes, des cambriolages, des crimes crapuleux, des affaires de moeurs, des vols de voiture. La mienne a été saccagée par des vandales, à proximité de la gare de ma petite ville de province, la porte du commissariat de police a été forcée, des vols ont été commis en plein jour, juste en face de la gendarmerie. Les racistes accuseraient volontiers les étrangers, de préférence bien basanés, comme si nos prisons n'étaient peuplées que d'étrangers...

Certains ont été jusqu'à prétendre, lors de l'arrivée au pouvoir de Jéliou Jélev, que la Bulgarie ne voulait se démocratiser que par intérêt, pour récolter les bénéfices de nos systèmes occidentaux. Il y aura toujours des personnes pour critiquer, mais encore faudrait-il que ce soit à bon escient.

La critique objective et constructive est une bonne chose. Mais dans le cas qui nous occupe, je pense sincèrement qu'on est à côté de la plaque! En effet, la Bulgarie peut espérer récolter des avantages très substantiels de son ouverture économique vers nos pays. N'est-ce pas la tâche d'un dirigeant que de veiller au bien-être de son peuple? Quand on n'est pas satisfait d'un fournisseur ou d'un commerce, n'envisage t'on pas d'aller ailleurs? Bien sûr, il y a une question d'intérêt, mais d'intérêt légitime. Or, si la détermination bulgare d'adhérer à notre système n'avait pas été réelle, on comprendrait mal, dès lors, que la Bulgarie ait fermement respecté l'embargo en matière de pétrole vis-à-vis de l'Irak lors de la guerre du Golfe. Il faut savoir que l'Irak était un client très important de la Bulgarie, laquelle a subi par le fait même, un préjudice de 1,4 milliard de dollars. Sachant ce que le peuple bulgare avait déjà enduré précédemment, je crois que la preuve était éclatante!

Le peu d'intérêt porté à la Bulgarie comme destination touristique est vraisemblablement du à l'ignorance.

Nous signalons effectivement dans notre présentation de Belgaria, que si nous en sommes à quasiment tout ignorer de la Bulgarie, en revanche les Bulgares sont parfaitement au courant du passé historique de nos pays occidentaux. Drôle de réaction que de ne pas apprendre ce qu'on ne connaît pas et de n'apprendre que ce qu'on connaît!

C'est un peu comme l'étudiant qui, avant les examens, n'étudierait que quelques pages de son syllabus, parce que ce sont celles qu'il connaît. Si le prof choisit une question dans le reste, voici notre étudiant le bec dans l'eau!

Et pourtant, la Bulgarie regorge de trésors, de musées extrêmement riches, d'oeuvres d'art absolument magistrales, de monastères superbes, d'icônes magnifiques, d'un paysage grandiose et varié, de vestiges étonnants, d'une infrastructure touristique en plein essor, de lieux très typiques, folkloriques et frappants, assurant un dépaysement garanti, les habitants démontrent assidûment un accueil très chaleureux, un passé historique extrêmement complexe, vaste et d'un intérêt indubitable, d'un sens de l'humour très personnel et souvent très fin, d'une cuisine tout à fait correcte et, ce qui ne gâche rien, dépourvue de nos spectres "dioxinos-vachefollos-hormonos-O.G.M.os-etceteros" alimentaires, en fait si on avait à se plaindre de la Bulgarie, ce serait plutôt d'abondance!

Qu'on ne vienne pas me dire non plus que l'on répugne à aller en Bulgarie parce que c'est trop loin! C'est vrai qu'il faut compter un strict minimum de 2000Km, ce qui n'est pas rien. Mais en avion (la formule que nous préconisons prioritairement et la meilleure d'ailleurs) vous y êtes en moins de deux et sans les fatigues et dangers du voyage.

D'autre part, je vous disais que j'avais visité l'Espagne il y a quatre ans. Nous nous sommes limités à la Costa Brava, ce qui fait quand même environ 1450 km et nous n'étions qu'à l'entrée de l'Espagne! Si peu que l'on veuille aller à la Costa d'Oro, la Costa del Sol, la Costa Blanca, le kilométrage devient identique à celui de la Bulgarie.

Oui mais... quand on veut battre son chien, on trouve toujours un bon bâton, pas vrai? Il y a aussi le problème de la religion.

Ne suffit-il pas souvent pour que la différence de religion entraîne un antagonisme, ne serait-ce qu'au niveau sous-jacent, inconscient, une forme de réserve que nous peinons à formuler mais qui n'en est pas moins présent?

La Bulgarie est essentiellement orthodoxe, mais on y pratique aussi l'Islam, ce qui ne sera peut-être pas fait pour en rassurer certains. Rappelons quand même que la religion orthodoxe pourrait, d'une certaine manière, être rapprochée du Christianisme. Disons pour schématiser, qu'il s'agirait d'un mouvement dissident ou de type protestant. Mais, surtout dans une époque où l'on parle d'oecuménisme, on remarque qu'il n'y a pas vraiment d'incompatibilité majeure, à moins bien sûr d'être extrêmement pointilleux et intolérant. Or, justement, les Bulgares sont, quant à eux, tout à fait tolérants en la matière. Il y a la liberté de religion en Bulgarie. Et ce n'est pas un vain mot.

En ce qui concerne l'Islam vous reconnaîtrez avec moi que la Bulgarie n'en a pas l'exclusivité, loin s'en faut. Ceux qui sont contre devraient donc éviter la plupart des pays arabes, ce qui serait un non-sens quand on pense aux splendeurs de l'Egypte (par exemple, mais les exemples seraient légions) mais on n'irait jamais non plus là où l'indouisme, le bouddhisme, le taoïsme, etc. sont majoritaires. En tout cas, malgré que je sois chrétien, je reconnais que synagogues et autres mosquées ne sont pas dépourvues de charme, loin s'en faut.

Il faut aussi se dire, au risque de soulever des vagues de protestations de la part des fanatiques et autres extrémistes, que l'une des caractéristiques des religions monothéistes est de présenter des analogies frappantes dans ce qu'elles préconisent (amour du prochain, charité, mode de vie sain, hygiène corporelle et mentale tout autant que spirituelle, etc.) Les guerres de religions ont peut-être figuré parmi les pires, mais les Chrétiens se sont aussi livrés à des massacres et autres abominations, durant les croisades par exemple.

Pour terminer, parlons un peu de la langue bulgare. C'est vrai que, pour nous Occidentaux, il s'agit d'un charabia incompréhensible doublé d'un alphabet hiéroglyphique. Ce dernier est issu, croyez-vous, de la domination "Russe"? Ce n'est pas vrai! Ce sont les moines Saint Cyrille et Méthode qui ont introduit l'alphabet cyrillique en Bulgarie bien avant que les "Russes" ne se l'approprient. Mais peu importe, direz-vous, ça ne change rien à l'affaire si ce n'est que la vérité historique s'en trouve rétablie.

Premièrement, en ce qui concerne vos voyages en Bulgarie, nous insistons toujours sur la nécessité de vous octroyer les services d'un guide local francophone. Cela simplifie considérablement votre séjour, vos démarches, vos achats, vos visites, vos déplacements. Mais cela vous évite aussi de devoir nettement dépasser le budget "argent de poche" initialement prévu.

Sans les services du guide, vous pourriez vous exposer à certains risques (régions où sévissent encore des loups ou des ours, endroits moins fréquentables et dangereux, car il y en a quand même comme partout) et l'obstacle de la langue s'en trouve écarté de vos préoccupations.

Mais surtout, il faut signaler que bon nombre de Bulgares sont polyglottes car leur système scolaire (et peut-être aussi leur (bonne) volonté, les y obligent. Voilà qui devrait vous rassurer.

Maintenant, je vous laisse. J'ai encore plein de dossiers à terminer, de fichiers à examiner, à encoder, des tests de compatibilité entre navigateurs, des impressions de codes sources à éplucher, de données à vérifier, de... bref, vous avez compris!
A bientôt!

Michel Vanbockestal

LE LIVRE ÉVÉNEMENT !

CELUI QUE LE PASSIONNÉ DE PARANORMAL, D'ENQUÊTE POLICIÈRE ET D'AGISSEMENTS DE L'OMBRE SE DOIT DE POSSÉDER !



À MOINS BIEN SÛR QUE VOUS APPRÉCIEZ

QUE L'ON VOUS FASSE GOBER DES MENSONGES...
...À CHACUN SES GOÛTS...

 

pour rechercher un sujet dans le site ou sur le Web recherches haut de la page haut de la page

- Tous droits réservés pour tous pays.